Le mois dernier s'est tenue à Horion-Hozémont la 6ème édition de la journée interprofessionnelle de l’agriculture biologique, organisée par l’asbl CPL-Végémar et les Services agricoles de la Province de Liège. Retour sur cette journée «haute en couleur».

 

Julie Legrand (*)

 

Cette journée s’est déroulée sur les terres de l’exploitation agricole de Grady, une ferme mixte (bio et conventionnelle). Celle-ci a amorcé sa reconversion au bio en 2009 et cultive des céréales et des légumes de plein champ.

 

Une conférence qui a attiré du monde

La journée a débuté en matinée dans les hangars de l’exploitation par une conférence reconnue pour la phytolicence. Après une introduction du député provincial en charge de l’agriculture, Charles-Albert de Grady, un des agriculteurs accueillant la manifestation, et Julie Legrand, conseillère bio au CPL-Végémar, ont présenté ensemble les itinéraires techniques des cultures bio en place. L’exposé a pu montrer que la gestion des cultures en bio nécessite de la technicité et un matériel spécifique. Par ailleurs, l’itinéraire technique doit être adapté d'année en année en fonction des conditions et problématiques liées à la saison. L’agriculteur a mentionné plus d’une fois l'encadrement apporté par le CPL-Végémar pour le choix de ses variétés, de sa fumure ou encore pour le suivi des ravageurs en carottes et oignons.

La conférence s’est poursuivie par la présentation des fondements de l’agriculture de précision (smart farming) et de ses applications en gestion des bio-agresseurs par Adrien Boufflette du CPL-Végémar. Bien que le smart farming soit déjà présent dans de nombreuses exploitations (notamment pour le guidage GPS des machines et tracteurs), de nombreux outils et techniques peuvent apporter davantage de précision dans les exploitations, avec pour but de mesurer l'hétérogénéité des parcelles et de les gérer de manière la plus fine possible. C’est ce que Guillaume Fraipont d’Apligeer a expliqué au travers de la modulation de la densité de semis, de la modulation de la chaux et de l'échantillonnage de sol orienté, en fonction de l'hétérogénéité de la parcelle.

La conférence s’est clôturée par l’exposé d’Aline Boursault du Collège des Producteurs, portant sur les nouveautés du règlement bio en productions végétales. La volonté de cette révision est d’harmoniser la règlementation au sein des pays européens et de limiter au maximum les dérogations. Beaucoup de points sont encore en discussion actuellement à l’échelle européenne mais les principales évolutions à prévoir à partir de 2021 concernent la certification de groupes d’opérateurs, les fréquences de contrôle physique, la réaffirmation de l’interdiction de la culture hors-sol et de l’hydroponie, l’élargissement de l’accès aux semences et l’augmentation du pourcentage d’aliments régionaux dans les rations animales.

 

Plus de 50 exposants du secteur bio

Au cours de la journée, les nombreux visiteurs ont eu l'occasion de rencontrer et discuter avec les exposants du secteur bio présents dans des pagodes disposées le long des cultures bio de la société agricole de Grady. En plus d'avoir la possibilité d'observer les cultures en place, ils ont pu visiter, avec des experts et partenaires du secteur (le Cra-W, le Carah, la Fiwap et le CPL-Végémar), les essais implantés par le CPL-Végémar: un essai variétal en céréales bio, un essai de fertilisation organique en froment et un essai «produits alternatifs au cuivre» en pommes de terre. Protect’eau a pu leur expliquer les différents rôles agronomiques, environnementaux et réglementaires (respect du PGDA) joués par les couverts d'interculture, au travers d'une plateforme de 8 mélanges de cultures intermédiaires à finalités diverses. Le dernier couvert était même pâturé par des jolies brebis (projet Diverimpact du Collège des Producteurs).

 

Des démonstrations de désherbage mécanique

Au cours de l’après-midi, deux démonstrations de désherbage mécanique, organisées par le CRA-W, ont eu lieu en cultures de haricot, de carotte et d'oignon. En haricots, malgré la propreté de la parcelle, 5 bineuses des marques Steketee, Garford, Kongskilde,Carré et Monosem ont pu démontrer la précision de leur travail. Les différents représentants commentaient les spécificités de leur machine avant leur mise en route.

Dans la culture d’oignons, deux bineuses de marque Terrateck et Einböck ainsi que la herse étrille Treffler étaient en démonstration. En outre, le plateau de désherbage de la marque Andela fonctionnant à l'énergie solaire en a intrigué plus d'un. En carottes, ce sont la butteuse AVR et la bineuse-butteuse de la société Etienne Rigot et fils qui ont été décrites en plein travail, respectivement par le représentant de la firme et l'entrepreneur.

Notons enfin qu’une délégation d’une trentaine d’agriculteurs néerlandophones venue via Bioforum Vlaanderen et Innovatieunpunt, était présente pour la visite de la plateforme et des démonstrations. La traduction était assurée par Loes Mertens de Biowallonie.

Cette journée aura permis aux agriculteurs conventionnels et bio de se rencontrer, de discuter et d’échanger avec les spécialistes du secteur bio. Rendez-vous d’ores et déjà dans 2ans, même endroit pour découvrir les avancées du Bio.

 

Devenir membre FWA

Suivez l'évolution des prix grâce à notre outil de marchés
Savoir quand commencer vos récoltes grâce à notre outil météo
Nous vous offrons une sécurité juridique grâce à notre syndicat
Tout savoir sur votre secteur grâce à nos actus et notre pleinchamp

Inscrivez-vous à notre newsletter