Dans le cadre d’un projet financé par la Région wallonne, la FWA est venue à la rencontre des producteurs de céréales biologiques afin de cibler leurs besoins, attentes et objectifs pour une meilleure valorisation de leurs céréales.

Laura Lahon, chargée de mission

La demande en céréales bio est grande, variée et devrait continuer à augmenter au cours des prochaines années, en raison notamment de l’évolution de la règle de régionalité des approvisionnements pour l’alimentation du bétail bio. La production wallonne est en forte croissance, pourtant des quantités importantes de céréales bio sont importées chaque année, et les agriculteurs peinent à bien valoriser leur production.

Anticiper cette forte croissance de la filière, et améliorer au plus vite la valorisation de nos céréales bio wallonnes est donc nécessaire! C’est pourquoi la FWA, en partenariat avec Biowallonie et la Cellule Bio du CRA-w, a répondu à un appel à projet de la Région visant à améliorer la cohérence de la filière céréales bio.

Dans le cadre de ce projet, fin avril, des réunions de consultation ont été organisées afin d’identifier les freins qui empêchent actuellement les producteurs de bien valoriser leurs céréales et de réfléchir ensemble aux intérêts d’un groupement de producteurs pour lever les freins identifiés. La dernière réunion n’a pas encore eu lieu à l’heure où nous bouclons cette édition du journal, mais quelques éléments principaux ont déjà été pointés par les participants.

La mise en concurrence des céréales bio wallonnes avec des céréales importées des pays de l’Est, produites à bas prix, est un des freins majeurs identifié. L’absence de cotations fixées au niveau fédéral comme base pour la négociation du prix des céréales est un autre élément pointé par les agriculteurs. Le manque d’infrastructures pour le stockage et le triage est également un frein évoqué à plusieurs reprises. La qualité des céréales produites et les volumes récoltés sont également des limites à une valorisation vers les filières panifiable et brassicole.

Pour déjouer les freins identifiés, il pourrait y avoir un intérêt à se regrouper à large échelle sur certains enjeux communs. Deux des intérêts principaux identifiés d’un groupement de producteurs sont l’obtention d’un prix rémunérateur et l’augmentation de la force de négociation des producteurs auprès des transformateurs. Un autre avantage est l’utilisation et/ou l’investissement en commun dans du matériel de triage et de stockage. La création d’un label ou d’une marque appartenant au groupement présente également un intérêt majeur pour mieux communiquer sur le mode de production et l’origine du produit, incitant les transformateurs à davantage utiliser de céréales bio wallonnes.

Les résultats complets de ces soirées seront repris dans l’état des lieux de la filière céréales bio wallonnes qui est en cours de rédaction. Cet état des lieux exhaustif sera présenté le 5 juin prochain, dans le cadre de la semaine bio, à l’événement bio annuel de la FWA. L’analyse de la filière sera complétée par l’intervention de différents orateurs et ce, avec toujours le même objectif: étape après étape, arriver à mieux valoriser nos céréales bio wallonnes et améliorer la cohérence de la filière.

Si vous n’avez pu venir à une de ces réunions, mais que le projet vous intéresse, que vous souhaitez nous donner votre avis, n’hésitez pas à nous contacter par mail: laura.lahon@fwa.be ou par téléphone: 081/627.412.

 

Devenir membre FWA

Suivez l'évolution des prix grâce à notre outil de marchés
Savoir quand commencer vos récoltes grâce à notre outil météo
Nous vous offrons une sécurité juridique grâce à notre syndicat
Tout savoir sur votre secteur grâce à nos actus et notre pleinchamp

Inscrivez-vous à notre newsletter