Cet été, comme les derniers, restera dans nos mémoires comme encore un été «chaud» tant météorologiquement, agronomiquement que syndicalement. Même si lors du week-end de la foire de Libramont, nous avons pu «profiter» de toutes les météos que notre Wallonie peut nous offrir, soleil et pluies, 40 dégrés le vendredi en passant le dimanche à 16 degrés, le bilan de la foire pour la FWA est plus qu’excellent. Vous avez été très nombreux à être présents lors de l’inauguration de notre stand et je vous en remercie, ainsi que tout le personnel qui a permis de faire de ce week-end une belle réussite. Il est important pour une organisation et d’autant plus quand la situation économique et morale de nos exploitations est loin d’être au beau fixe, de se sentir soutenue. Ce fut un beau moment d’échanges entre agricultrices, agriculteurs, acteurs des filières et de la ruralité. Cela a permis également à la FWA de rappeler aux politiques ses revendications pour notre secteur.

 

Marianne Streel

 

L’inauguration du stand le vendredi fut le moment idéal pour confirmer publiquement le choix fait par nos instances concernant la désignation du futur Secrétaire Général de la FWA. Je ne peux que me réjouir de l’acclamation chaleureuse qui a suivi l’annonce du nom de José Renard.

José Renard, un homme bien connu de tous, homme de confiance, véritable «bible» agricole, proche du terrain, connaissant tant la réalité de nos exploitations que les arcanes de l’administration et de tous les niveaux de pouvoirs qui ont en charge les politiques agricoles.

C’est avec énormément de respect, José, que tant les agricultrices et agriculteurs, toutes régions et spéculations réunies, que le personnel de nos structures et nos secrétaires FWA, t’accueilleront dès le 2 septembre prochain!

Vu la situation économique et politique du secteur, les défis ne sont pas négligeables. Tous ensemble, déterminés et motivés, sommes persuadés que nous mettrons toute notre énergie à la défense de notre secteur, avec comme seul objectif l’intérêt général de nos familles agricoles wallonnes.

Une pensée particulière pour tous les candidats de très haute qualité qui se sont présentés à ce poste. Un grand merci pour l’intérêt que vous portez à notre mouvement.

Après et même pendant ces 4 jours, la vie a continué dans nos campagnes. Les moissonneuses et les balloteuses ont animé nos paysages avec des résultats de moissons généralement corrects et une quantité de paille non négligeable. Le souci est une nouvelle fois les prix de vente de nos céréales qui, à nouveau, sont bien en dessous des coûts de production! Le colza a souffert tout au long de la saison d’une météo non adaptée: chaleur en février, gel et neige à la floraison, canicule au moment du remplissage des graines… sans oublier la boite à outils bien utile pour lutter contre les ravageurs qui ne fait que diminuer. Le maïs, les pommes de terre et les légumes ont également subi l’impact des températures atteintes ces dernières semaines. Le climat est bien en évolution et les phénomènes climatiques ont tendance à s’accentuer. Consciente de l’augmentation des risques, la FWA travaille sur différentes solutions. Concernant le secteur de la pomme de terre, nos secrétaires FWA offrent dès à présent une assurance paramétrique pour couvrir un excès de précipitations à l’automne. D’autres produits sont déjà prêts pour l’année prochaine et nous continuerons à travailler cet automne pour compléter la gamme afin de couvrir plus de cultures et plus de risques.

Ces températures ont également impacté fortement nos élevages, 40°C ce n’est pas habituel pour nos animaux ni pour nos prairies. Le secteur, déjà fortement impacté économiquement, se serait bien passé à nouveau de devoir, cet été encore, nourrir le bétail en prairie.

Tant pour les prairies que les grandes cultures, dans les communes ayant souffert de sécheresse, n’oubliez pas de demander la réunion de vos commissions de constats des dégâts aux cultures au minimum pour des raisons fiscales. Le système des calamités agricoles nous montre encore aujourd’hui ses limites et ses défaillances. Ainsi pour la sécheresse 2017, certains agriculteurs ne sont toujours pas indemnisés, leur dossier étant bloqué au contentieux, sans que l’agriculteur ou la FWA ne puissent en connaitre la raison et débloquer le dossier rapidement. 2018 serait toujours à l’encodage…. Au vu de ces difficultés, la FWA ramènera le dossier assurances climatiques sur la table du prochain Gouvernement.

Un autre dossier dont nous nous préoccupons est celui des accords entre l’UE et le Mercosur. La FWA, avec l’Agrofront, après avoir rencontré à notre demande le Cabinet du 1er Ministre et ensuite le Ministre Reynders continuera à porter les inquiétudes du secteur dès la rentrée au Ministre De Croo. Agricultrices, agriculteurs du sud comme du nord du pays, acteurs économiques et politiques, vous avez été très nombreux à venir signer notre pétition sur notre stand. Preuve, s’il en est, que cet accord ne fait pas l’unanimité! Nombre d’entre vous ont également participé à notre action Facebook, action à laquelle les agriculteurs et agricultrices des Organisation professionnelles agricoles des pays du Mercosur, partenaires de la FWA, se sont joints à nous. Merci au Collectif Stratégies Alimentaires (CSA) pour sa collaboration. L’Agriculture familiale présente dans les pays du Mercosur comme celle d’Europe va souffrir de ces accords. Quelle vision la société désire-t’elle pour son Agriculture Familiale? A quand une cohérence dans les décisions de certains politiques? La FWA ne lâchera pas le morceau, il en va du respect de nos consommateurs et de notre Agriculture Familiale!

Lors d’une conférence de presse sur notre stand, la FWA qui a pris en main, de façon professionnelle avec les acteurs de l’association VIA, le projet «écochèques», a annoncé aboutir sur ce projet. Permettre l’achat dans les exploitations proposant des produits alimentaires bio par les consommateurs détenant des écochèques et ensuite, étendre le système à tous nos produits de l’agriculture wallonne, est un projet durable tant pour le secteur que pour la société.

De retour de Libramont, nous apprenons une fois encore par voie de presse que le Ministre Carlo Di Antonio prenait la décision d’interdire les véhicules lents sur la Nationale 25 et ce, dès le 1er janvier prochain. Encore une fois, manque de respect du Ministre pour la FWA puisqu’il n’a pas jugé utile de nous prévenir de sa décision. Or, la FWA s’est beaucoup investie dans ce dossier avec les entrepreneurs agricoles (Agroservices), les Bourgmestres concernés, la province du Brabant Wallon. Dossier qui n’est pas sans conséquences pour le secteur agricole. Elle a toujours été à la manœuvre et a toujours dû, en collaboration avec les acteurs locaux, exiger des réunions dites de «concertation» avec le Cabinet du Ministre. Lors de ces réunions, nous avons proposé des solutions alternatives à cette interdiction notamment et surtout la réduction de la vitesse maximale autorisée à 90km/h et la pose de radars. La sécurité de tous nous préoccupe et peut-être la lutte contre le réchauffement climatique aussi! 90 km/heure permettrait de diminuer l’impact de la circulation sur la RN25 de 3673T de CO2/an. Ceci correspond à 5 allers Bruxelles-New York en avion. Depuis le début, tout comme dans le dossier du détournement de Perwez et beaucoup d’autres, la FWA a toujours ressenti que la décision était prise et qu’aucune volonté d’écoute et d’évolution du dossier n’était présente de la part du Cabinet du Ministre.

Dès la fin des moissons, les agriculteurs de la province mèneront des actions de sensibilisation afin de rappeler l’impact de cette décision sur leur travail. Ils rappelleront également que les accords pris lors des expropriations afin de construire la route, comprenaient une promesse d’autorisation d’usage de cette route par le charroi agricole. 

La FWA, avec des agriculteurs fortement impactés, introduira, quant à elle, un recours devant la plus haute juridiction administrative, le Conseil d’Etat, afin de faire annuler cet arrêté ministériel.

Non, Monsieur le Ministre Di Antonio, nous ne sommes pas de mauvaise foi, nous avons la FWA !

 

Devenir membre FWA

Suivez l'évolution des prix grâce à notre outil de marchés
Savoir quand commencer vos récoltes grâce à notre outil météo
Nous vous offrons une sécurité juridique grâce à notre syndicat
Tout savoir sur votre secteur grâce à nos actus et notre pleinchamp

Inscrivez-vous à notre newsletter