Barèmes en baisse: reflet de la situation économique du secteur

Posté le 24 mai 2017 | comment Aucun commentaires.

La semaine dernière, les négociations relatives aux barèmes forfaitaires entre les organisations professionnelles agricoles représentatives du secteur (FWA, Boerenbond et ABS) et le SPF Finance ont été conclues. La rapidité des négociations et le fait qu’elles aboutissent à un résultat en baisse pour tous les secteurs, traduisent hélas une détérioration du revenu agricole en 2016, toutes spéculations confondues.

Joseph Ponthier & Yvan Hayez

La négociation des barèmes forfaitaires reste un exercice important des organisations agricoles représentatives de notre pays. Historiquement et avant tout, le barème forfaitaire se veut être un outil de simplification administrative pour ceux qui font le choix de ce mode de taxation, comme plus de 90% des agriculteurs du pays.

Organisées à la demande des organisations professionnelles, ces négociations tentent d’objectiver pour le plus grand nombre une évolution du revenu généré par les différentes productions et le système fiscal de base qui doit y être appliqué. Cette année, les négociations ont été particulièrement rapides et ce, en raison d’une détérioration manifeste du revenu pour l’ensemble des secteurs.

Le résultat des négociations a conduit à:

- une diminution de 4%  du bénéfice semi-brut dans le secteur laitier
- une diminution de 7 à 8% dans le secteur de la viande bovine
- une diminution de 16 à 22% pour les cultures.
(voir plus en détails ICI).

Ces baisses viennent s’ajouter à des diminutions déjà rencontrées l’année dernière, ce qui traduit malheureusement un déclin continu du revenu des agriculteurs.
Loin de nous l’idée de dire que cette diminution générale des barèmes doit constituer un sujet de réjouissance. En effet, une diminution globale des barèmes en référence à l’année précédente, qui voyait elle-même des barèmes en baisse, est le signe d’une tendance à la baisse des revenus qui est un réel sujet de préoccupation.
Cette nouvelle diminution ne fait qu’à nouveau confirmer que notre secteur se trouve dans une spirale négative. Les résultats de la négociation d’un barème ne sont que le reflet de l’évolution de la santé économique des secteurs au fil des années.
Il est essentiel de retrouver un contexte économique dans lequel les agriculteurs pourront non seulement gagner leur vie mais aussi constituer des réserves de trésorerie désormais maigres ou inexistantes dans la majorité de nos fermes, confrontées à plusieurs années de crises successives.

Plusieurs années de crises successives démontrent, si besoin en était, que nous sommes désormais dans un contexte qui, structurellement, place l’agriculture dans une spirale dépressionnaire. Il est donc urgent que nos responsables politiques mesurent l’ampleur des difficultés du secteur et s’attachent enfin à remettre en place un cadre qui assure un revenu aux agriculteurs et une stabilité de ces revenus. La FWA continue à s’opposer à un système qui engendre la volatilité des prix. Nous revendiquons donc des mesures structurelles qui assurent une régulation des marchés et une plus grande stabilité des prix pour tous les secteurs.
En conclusion, la diminution des barèmes obtenue par les organisations agricoles n’est pas une victoire en soi: c’est le reflet d’une situation économique délétère dont nous devons sortir.

 

Articles pouvant vous intéresser