Interdiction de circuler sur la RN 25 : les agriculteurs réclament une concertation !

Posté le 24 avril 2018 | comment Aucun commentaires.

La Fédération Wallonne de l’Agriculture a pris connaissance de l’annonce par voie de presse, de la décision du Ministre Carlo Di Antonio d’interdire la circulation des tracteurs sur la RN 25 dès le 1er juillet prochain. Pour la FWA, cette décision prise sans concertation est inacceptable: la N25 constitue en effet la seule alternative responsable pour le transit du charroi agricole sur l’axe Nivelles-Louvain-la-Neuve. En réaction, la FWA a d’une part, rédigé un communiqué de presse, et contacté le Ministre afin de demander une réunion rapide pour entamer une réelle concertation !

 Anne Pétré

Ce samedi, la FWA a découvert non sans surprise dans la presse que le Ministre wallon en charge de la Mobilité avait décidé d’interdire la circulation des véhicules lents et donc des tracteurs, sur la RN 25.

Plus surprenant encore, le Ministre affirme avoir pris cette décision au terme d’une série de réunions de concertation avec la Fédération Wallonne de l’Agriculture. La FWA n’a JAMAIS été invitée à participer à une quelconque réunion de concertation organisée par le Ministre. La seule réunion qui ait été organisée sur le sujet l’a été à l’initiative du Gouverneur du Brabant wallon en décembre 2017. A cette occasion, la FWA avait clairement (et en présence de représentants du Cabinet du Ministre Di Antonio) exposé ses remarques quant aux difficultés énormes que causerait l’interdiction de circulation des tracteurs sur cette route, vu l’absence d’alternatives pour les déplacements dans le secteur.

Pour la FWA, la RN 25 permet:

- D’éviter les nombreux villages qui sont présents sur le trajet reliant Nivelles à Louvain-la-Neuve
- De franchir sans trop de difficulté les obstacles naturels que constituent les vallées de l’Orne et de la Dyle
- De traverser sans danger la RN5
- De permettre le transport de matières premières agricole sur l’ensemble de cet axe (en ce compris les composts et boues de station d’épuration venant de la plateforme de compostage de l’IBW de Basse-Wavre)

Avant d’envisager une quelconque interdiction il est important d’analyser de manière rigoureuse :

- la dangerosité réelle de la N25 (nombre d’accidents impliquant des tracteurs par rapport à d’autres routes) ;
- l’origine des accidents
- une meilleure cohabitation, sur la N25, entre véhicules agricoles et non agricoles (aménagement de la voirie, meilleur éclairage, adaptation de la vitesse autorisée…) ;
- problèmes rencontrés sur le tracé (quelles sont les zones à risques, quelle est la vitesse des véhicules…) ;
- les risques liés au passage dans les villages de convois agricoles ;
- la possibilité de mettre en œuvre des alternatives adaptées aux convois agricoles (gabarit,  dénivelé, obstacles naturels et artificiels, autorisation de circuler pour les véhicules en transit…) via les villages ;
- les possibilités offertes pour traverser en toute sécurité les grands axes perpendiculaires à la RN25 (RN5 notamment).

Soucieuse d’être constructive, la FWA propose :

- De réduire la vitesse autorisée de 120 à 90 km/h (différence de 3 minutes sur les 22km de N25) ;
- D’intensifier les contrôles des véhicules agricoles en termes de respect des normes d’éclairage et de visibilité sur la RN25 ;
- De revoir l’éclairage de certaines portions de la RN25 ;

Pour la FWA, il est totalement irréaliste d’interdire le déplacement des tracteurs sur la RN 25. Il est urgent qu’une concertation avec la profession s’organise afin de réfléchir à des alternatives qui tout en assurant la sécurité de tous, permettent aux agriculteurs de poursuivre leur travail et n’encombrent pas les villages environnants.

La FWA a demandé dès ce lundi matin un rendez-vous avec le Ministre de la Mobilité. Elle le rencontrera la semaine prochaine et entend faire comprendre les impératifs du secteur agricole dans ce dossier.

Par ailleurs, pour sensibiliser les usagers de la RN 25, la FWA du Brabant organisera jeudi 3 mai dès 10h30, une distribution de pommes de terre aux ronds-points situé de part et d’autre de la nationale (à Louvain-la-Neuve et Nivelles).

 

Articles pouvant vous intéresser