MAE: la FWA demande de la cohérence!

Posté le 12 avril 2017 | comment Aucun commentaires.

Comme nous l’avons largement évoqué dans l’édito de cette édition, le remboursement de montants perçus par certains agriculteurs pour les MAE ne faisant plus partie du nouveau PWDR a fait l’objet d’un cafouillage certain de la part de l’administration. Voici le courrier que nous avons adressé ce lundi à son directeur général, avec copie au Ministre Collin qui en a la tutelle.

«Monsieur le Directeur Général,

Objet: Courrier MAE de mise en demeure de remboursement (3/12ème)

Ce jeudi 6 avril 2017, des centaines d’agriculteurs wallons ont reçu un courrier de mise en demeure de l’administration réclamant le remboursement endéans les 30 jours d’une somme correspondant aux 3/12ème de trop-perçus pour 3 mesures agri-environnementales non reconduites dans le PWDR 2014-2020.

Lors d’un précédent courrier envoyé le 7 décembre 2016 aux mêmes agriculteurs, il avait été précisé que «ces montants seront compensés de vos prochains versements de l’organisme payeur si d’autres aides vous sont dues et un décompte vous sera envoyé». C’est dire l’étonnement et l’incompréhension des agriculteurs de recevoir cette mise en demeure par recommandé postal.

Du côté de la FWA, l’étonnement est grand également car nous tenons mensuellement une réunion de Front Vert avec la DG03 pour discuter des dossiers agricoles et jamais l’envoi de ce courrier de mise en demeure MAE n’a été abordé.

Ce lundi matin, nouveau rebondissement, nous avons reçu une copie du courrier d’un membre où l’administration précise que le montant des 3/12ème a été «compensé» d’un versement Adisa. Entretemps sous la menace du courrier de mise en demeure, l’agriculteur a déjà réalisé son remboursement. Tout cela fait grand désordre et sème la cacophonie parmi les agriculteurs de notre région.

Concernant ces 3/12ème, sur le fond du dossier, les agriculteurs se sentent toujours lésés et floués car ils estiment avoir respecté à la lettre leur engagement MAE jusqu’au 31 mars 2015 et de se demander si la Commission européenne est dans son bon droit de réclamer ces montants aux agriculteurs. Nous avons sollicité un bureau d’avocats pour analyser cette question.

Nous réclamons qu’un minimum de cohérence et de discipline soit rapidement retrouvé au sein des composantes de votre administration et que ce dossier soit reconsidéré au plus vite avec plus de professionnalisme.

En vous remerciant de l’attention portée à la présente […]

(s) Y HAYEZ, Secrétaire Général»

Articles pouvant vous intéresser