La traditionnelle présentation du «Livre Blanc Céréales a été, l’occasion pour la recherche de faire le bilan de la saison culturale précédente et de faire ses recommandations pour celle à venir.

Laura Lahon et Aurélie Noiret

Dans le cadre d’une gestion intégrée des maladies et des ravageurs, le choix variétal, la date de semis et le travail du sol sont les premiers leviers à actionner pour assurer l’état de santé de la culture.

Ne pas semer trop tôt

La tentation est souvent grande de commencer les semis trop tôt lorsque les conditions de sol le permettent. Mais les chercheurs rappellent que les cultures semées trop tôt sont exposées à des risques de transmission et de développement des maladies, de gel et de verse, de transmission de viroses et d’enherbement de la parcelle pouvant entraîner une augmentation des coûts de protection de la culture et une diminution du rendement. Ces risques sont d’autant plus accrus avec le réchauffement climatique qui entraîne chez nous des automnes plus doux. La chaleur de l’automne 2018 a en effet été propice à l’apparition dans nos champs de cicadelles brunes, plus habituées au climat du Sud et du Centre de la France, et au développement de la mouche de semis, entraînant des cas de mortalité des jeunes plantes. Pour limiter ces risques, les chercheurs recommandent de semer le froment entre le 15 octobre et le début du mois de novembre et l’escourgeon entre la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre.

Bien préparer le sol

Il n’existe aucune méthode, aucun outil, aucune combinaison d’outils, aucun réglage qui soit passe-partout. Chaque terre doit être traitée en fonction de ses caractéristiques structurales propres, compte tenu de son historique cultural, de la nature du précédent, de son état au moment de la réalisation de l’emblavement et des conditions climatiques prévues immédiatement après le semis. Quelle que soit la méthode choisie, il convient de réaliser un état de la situation de la parcelle, de choisir les modalités de réalisation et d’effectuer la préparation du sol avec le maximum de soin et dans les meilleures conditions possibles. Plus d’informations peuvent être trouvées dans le Livre Blanc.

Bien réfléchir son choix variétal

Le choix variétal conditionne l’itinéraire cultural, et en particulier la protection phytosanitaire, grevant le prix de revient de la culture. Les choix des variétés à emblaver ne doit pas uniquement avoir pour but de produire plus mais aussi et avant tout, d’assurer un meilleur revenu aux producteurs. Le choix variétal doit donc faire le compromis entre : assurer le rendement, limiter les risques sanitaires et assurer les débouchés. En 2019, le réseau d’essais d’évaluation de céréales mis en place par le Cra-W, le Carah, le CPL-Végémar, le CePiCOP et Gembloux Agro-BioTech comprenait 6 essais «escourgeon», 12 essais «froment d’hiver», 3 essais «épeautre», 3 essais «triticale», 4 essais «avoine de printemps», 2 essais «orge de printemps» et 1 essai «froment de printemps».

En froment d’hiver, le Livre Blanc recommande 20 variétés réparties en deux groupes:

- Le groupe «Production intégrée» reprend 11 variétés répondant aux exigences de la production intégrée. Ces variétés doivent notamment avoir démontré de bons comportements face à la rouille jaune, à la septoriose et à la verse, ces trois facteurs étant susceptibles d’entrainer des traitements supplémentaires par rapport à un traitement unique «dernière feuille-épiaison». On y retrouve les variétés: Alcides, Chevignon, Childeric, Imperator, Johnson, Limabel, Porthus, Safari, Sorbet CS, SU Trasco et WPB Calgary. 

- Le groupe «Surveillance renforcée» comprend 9 variétés à rendement élevé et stable sur les 3 dernières années. Elles nécessitent toutefois une surveillance renforcée suite à l’une ou l’autre faiblesse. On y retrouve les variétés: Anapolis, Bennington, Bergamo, Gleam, Graham, Kws Dorset, Kws Smart, Kws Talent et Mentor.

Pour les variétés dites de qualité boulangère, le Livre Blanc recommande les variétés Imperator et Sorbet CS.

Focus sur les céréales biologiques

Un réseau d’essais d’évaluation de variétés de céréales biologiques est également mis en place depuis plusieurs années par le CRA-W, le CPL Végémar et le Carah. En 2019, ces essais comprenaient 38 variétés de froment, 11 variétés de triticale et 6 variétés d’épeautre.

En froment, la liste des variétés recommandées est scindée en deux groupes:

- Le groupe «variétés productives» reprend les variétés répondant à des critères de productivité. Ces variétés doivent avoir présenté un rendement supérieur à la moyenne des témoins de l’ensemble de sites pour chaque année où elles ont été présentes dans les essais et avoir montré de bonnes résistances face à la rouille jaune, à la rouille brune, à la septoriose et à l’oïdium. On y retrouve les 4 variétés: Alcides, Imperator (résistante à la cécidomyie), Lennox et Limabel.

- Le groupe «variétés boulangères» comprend les variétés ayant montré un rendement moyen suffisant, une bonne teneur en protéines et un bon comportement face aux maladies, avec une attention particulière portée aux fusarioses. On y retrouve les 4 variétés: Alessio, Arminius, Posmeda et Ubicus.

En triticale, les critères de sélection ont été : une présence de la variété dans les essais depuis minimum 2 ans sur l’ensemble des sites, un bon comportement face aux maladies et un rendement supérieur ou égal à la moyenne des témoins sur les trois dernières années. La liste des variétés recommandées comprend les variétés Kereon, Ramdam et Jokari. Il faut noter que le critère de viscosité de ces variétés n’a pas été analysé or il s’agit d’un critère important pour la valorisation en alimentation des volailles. La variété Vuka possède l’indice de viscosité le plus faible, il s’agit donc de la variété la plus adaptée pour l’alimentation des volailles.

En épeautre, la liste des variétés recommandées reprend les critères suivants : une présence de la variété pendant minimum 2 ans sur l’ensemble des sites, un bon rendement sur les trois dernières années, un bon comportement face aux maladies et une bonne teneur en protéines. Les variétés répondant à l’ensemble de ces critères sont les variétés Serenite et Zollernspelz.

Un article dans la Chronique Bio du mois d’octobre sera consacré à présenter plus en détails les résultats de ces essais. Un article a également été rédigé dans la Chronique Bio du mois de septembre pour vous aiguiller sur le choix variétal en fonction des débouchés.

Qualité des récoltes de froment en 2019

La récolte de froment 2019 a été caractérisée par un début très hâtif (15/07) pour les variétés précoces semées tôt dans certaines régions, par une interruption par les premières pluies du 27/07 et par un étalement jusqu’au 15/08 selon l’évolution de la maturité. Les rendements ont été moyens à bons selon les situations culturales. En ce qui concerne les poids à l’hectolitre, les moyennes sont un peu plus faibles que les autres années mais cette situation cache en réalité deux phénomènes contrastés : des poids à l’hectolitre élevés en début de récolte et en très nette baisse dès les premières pluies. Les nombres de chute de Hagberg sont largement supérieurs au seuil de 220 secondes. Les récoltes 2019 sont également faiblement contaminées en ZEA et DON mais pour ce dernier, il faut rester vigilant et éviter les précédents maïs non labourés. Par contre, les teneurs en protéines sont plutôt faibles avec une moyenne de 11,3%. Pour rappel, une teneur en protéines égale ou supérieure à 12% est nécessaire pour une utilisation en meunerie-boulangerie. Notons que la prise en compte de cette bonne teneur en protéines doit être négociée individuellement vu qu’il n’y a plus de bonification officielle sur l’affiche verte. Uniquement une partie des lots peut donc répondre aux critères requis pour cette voie de valorisation. A l’exception des lots les plus faibles en protéines, les valorisations en alimentation animale, en amidonnerie et pour la production de bioéthanol ne devraient quant à elles rencontrer aucune difficulté. 

Vous trouverez plus d’informations pour vous aider dans votre choix variétal sur le site internet www.cereales.be. Vous y retrouverez notamment les dernières éditions du Livre Blanc, les avertissements, des fiches variétales ainsi que différents outils d’aides à la décision pour le choix de vos variétés.

Zoom FWA

- Nous vous rappelons que la cotation Synagra (Fegra) est donnée à titre indicatif et qu’il vous appartient de négocier un meilleur prix avec votre acheteur. Les bonifications pour des céréales de qualité supérieures doivent être également négociées individuellement et dépendra clairement des filières utilisées par votre acheteur.

- Spécifiquement aux céréales biologiques, il serait intéressant qu’il y ait une prise en compte du facteur «viscosité» dans les essais variétaux de triticale pour sélectionner des variétés répondant aux exigences des transformateurs, une augmentation du nombre de sites d’expérimentation pour refléter les conditions pédo-climatiques de l’ensemble de la Wallonie et une meilleure prise en compte de facteurs agronomiques, comme la «compétitivité par rapport aux adventices».

 

Devenir membre FWA

Suivez l'évolution des prix grâce à notre outil de marchés
Savoir quand commencer vos récoltes grâce à notre outil météo
Nous vous offrons une sécurité juridique grâce à notre syndicat
Tout savoir sur votre secteur grâce à nos actus et notre pleinchamp

Inscrivez-vous à notre newsletter