Depuis le 21 avril 2021 et l’entrée en vigueur de la Loi de Santé Animale (AHL), les conditions relatives aux échanges intracommunautaires et les déplacements des ruminants dans le cadre de la lutte contres les infections de la fièvre catarrhale ovine (FCO) ont été modifiées.

 

Exportation

En Belgique, le sértype BTV8 de la FCO est en circulation. Le pays n’est donc pas indemne. De plus, il n’y a pas de plan de lutte officiel approuvé.

Un ruminant sera considéré comme « sûr » au départ de la Belgique si

Il est vacciné contre le sétorype 8 avec

  • soit une première injection au minimum 60 jours avant le départ,
  • soit un test PCR 14 jours après la première vaccination
  • soit un schéma vaccinal complet (primo vaccination et rappels)

 

Dans le cas d’animaux destinés à un abattage immédiat, il faudra respecter les conditions suivantes

  • Aucun cas de FCO dans l’exploitation de départ 30 jours avant celui-ci
  • Transport direct vers l’abattoir et abattage dans les 24h
  • Notification de déplacement auprès des autorités compétente 48h à l’avance

 

Si ces conditions considérées « safe » ne sont pas ou ne peuvent pas être appliquées, les ruminants doivent être traités au moyen d’insecticides ou de répulsifs agrées au minimum avant le départ de la Belgique lors de certains mouvements tels que :

  • Le déplacement d’animaux non destiné à un abattage immédiat vers une zone indemne ou avec un programme d’éradication approuvé. MAIS si un déchargement doit avoir lieu plus de 24h, la vaccination est alors obligatoire et le traitement répulsif est alors inutile.
  • Le déplacement vers une zone non indemne MAIS avec un transit par une zone saine ou avec un programme d’éradication. Si un déchargement doit avoir lieu plus de 24h, la vaccination est alors obligatoire et le traitement répulsif est inutile.

Les pays membres peuvent également définir des assouplissements par rapport aux régles générales. On peut trouver ces dérogations sur le site de la commission EU ( Bluetongue (europa.eu))

En voici un résumé (non exhaustif):

  • Vers les Pays-Bas : Les bovins de moins de 90 jours doivent être testés pour le BTV8 (test PCR) avec un résultat favorable endéans 7 jours avant la date d’expédition  et les animaux ont été protégés individuellement avec un insecticide contre les attaques du vecteur du virus (Culicoïdes)pendant au moins 7 jours avant la date du mouvement
  • Vers l’Espagne : Les bovins et les ovins de moins de 70 jours doivent être protégés avec un insecticide contre les attaques du vecteur (Culicoïdes) durant une période d’au moins 14 jours avant leur expédition  et testés pour le BTV8 (test PCR) avec un résultat favorable au moins 14 jours après le début de la période de protection contre les attaques du vecteur. Une exception est faite pour les animaux nés de mères avec un schéma vaccinal complet avant la gestation. Si les animaux ont plus de 70 jours, ils doivent être vaccinés ou suivre les mêmes conditions que ceux de moins de 70 jours.
  • Vers l’Italie : Les bovins, ovins et caprins de moins de 90 jours doivent être protégés avec un insecticide contre les attaques du vecteur (Culicoïdes) durant une période d’au moins 7 jours avant leur expédition et testés pour le BTV8 (test PCR) avec un résultat favorable au plus tôt 7 jours avant la date de départ et au moins 7 jours après le début de la période de protection contre les attaques du vecteur. Une exception est faite pour les animaux nés de mères avec un schéma vaccinal complet avant la gestation. Si les animaux ont plus de 90jours, ils doivent être vaccinés ou suivre les mêmes conditions que ceux de moins de 90 jours.
  • Vers l’Allemagne : Les bovins, ovins et caprins de moins de 90 jours doivent avoir été détenus dans un établissement en Belgique depuis leur naissance ET les mères ont été détenues dans un établissement en Belgique pendant au moins 60 jours avant la date de départ des animaux ET ont été vaccinées contre le BTV8 (selon les instructions du fabricant) ET les animaux ont été soumis à un test PCR pour le BTV8 avec un résultat favorable au plus tôt 14 jours avant leur départ ET les animaux ont reçu du colostrum de leur propre mère dans les 12 heures suivant leur naissance, accompagné d'une déclaration à cet effet du détenteur de l'animal.
  • Vers le Portugal : Les bovins, ovins et caprins de moins de 70 jours doivent être traité avec un insecticide contre les attaques du vecteur (Culicoides) pendant une période d'au moins 14 jours et soumis à un test PCR pour le BTV8 avec des résultats favorables au moins 14 jours après le début du traitement vectoriel. Une exception est faite pour les animaux nés de mères avec un schéma vaccinal complet avant la gestation. Si les animaux ont plus de 70 jours, ils doivent être vaccinés ou suivre les mêmes conditions que ceux de moins de 70 jours.
  • Vers la France et le Luxembourg : Il y a une libre circulation des ruminants.

 

Pour toutes exportation, une déclaration renseignant le traitement insecticide utilisé doit être remplie par le détenteur. Ce document officiel se retrouve sur le site de l’AFSCA (blanco procedure (favv-afsca.be), annexe II)

 

Importation

Afin de garantir la sécurité sanitaire belge contre les autres sérotypes que le BHV8, le autorités belges ont également émis des recommandations.

Pour entrer sur le territoire belge, l’ensemble des ruminants (bovins, ovins, caprins, camélidés gardés, cerfs gardés et autres ongulés d'élevage) indépendamment de l’âge doivent être traités avec un insecticide contre les attaques du vecteur (Culicoides) pendant une période d'au moins 14 jours avant l'expédition et ont été soumis à un test PCR pour tous les sérotypes (1-24) de la bluetongue signalés dans l'État membre ou la zone d'origine au cours des deux années précédentes, avec des résultats favorables au moins 14 jours après le début du traitement vectoriel.

Si d’autres sérotypes que le BTV8 sont présents sur le territoire d’origine, les ruminants de plus de 70 jours doivent avoir un schéma vaccinal complet.

Ces conditions peuvent toujours subir des variations suite à de nouveaux accords entre pays membres.

Pourquoi devenir membre FWA ?

Suivez l'évolution des prix grâce à notre outil de marchés
Savoir quand commencer vos récoltes grâce à notre outil météo
Nous vous offrons une sécurité juridique grâce à notre syndicat
Tout savoir sur votre secteur grâce à nos actus et notre pleinchamp

Inscrivez-vous à notre newsletter