En cette période très difficile pour beaucoup de nos concitoyens, la FWA veut rappeler l’importance du travail des agriculteurs, et de la place que doit occuper notre secteur tant sur le plan local que dans l’économie nationale et mondiale.

Marianne Streel

Depuis le début de la semaine, au vu de la situation sanitaire de notre pays, nous vivons un second confinement. L’agriculture ayant été reconnue en mars dès le premier jour de cette crise comme activité essentielle, nous avons en tant qu’agriculteur la chance de pouvoir continuer à travailler. Autour de nous, nombreuses sont les personnes atteintes par le virus ou qui suite à cette maladie nous quittent. Je ne peux qu’avoir une pensée émue pour toutes ces familles touchées et leur envoyer tous mes souhaits de courage et d’espoir. Je pense également en ces temps de restrictions des contacts sociaux, à toutes ces personnes souffrant de solitude.

Nous connaissons tous également des familles qui traversent aujourd’hui, des difficultés socio-économiques car un de leurs membres est en incapacité de pouvoir continuer à exercer sa profession en tant qu’indépendant ou salarié. Oui, nous vivons des moments très difficiles, et seul le respect des règles sanitaires et surtout la solidarité entre nous tous, nous permettront de passer à des temps que je ne peux nous souhaiter que meilleurs. Continuer à nous approvisionner chez nos commerçants habituels en profitant de toutes les innovations numériques et logistiques que ceux-ci mettent à notre disposition, est la solution qui nous est offerte et nous devons la saisir. Nos producteurs et transformateurs en alimentation, nos horticulteurs, bouchers, boulangers, fleuristes, commerçants dans toutes leur diversité ont besoin de tout notre soutien. Et sans oublier l’Horeca!

Dans nos campagnes, le travail continue avec ses joies et ses difficultés saisonnières. Continuer à travailler ne signifie évidemment nullement que notre secteur ne subit pas l’impact économique cette crise. Notre Secrétaire Général, José Renard, abordera dans son édito la situation socio-économique actuelle liée au Covid ainsi que les leçons à tirer de cette crise.

Pour ma part, je voudrais profiter de ces quelques lignes pour aborder une nouvelle fois la question de notre souveraineté alimentaire.

Souveraineté alimentaire qui passe tout d’abord par la protection de l’agriculture familiale de notre territoire tant wallon qu’européen.

- Consommer local autant que possible, en vérifiant la provenance de ses produits est évidemment une des solutions pour soutenir notre agriculture. Tant pour le revenu de nos producteurs, notre économie territoriale que pour notre planète. Inutile de rappeler dans ces pages l’importance de ne pas consommer des produits venant d’ailleurs, lorsqu’on a les produit chez nous. Notre agriculture, au fil des saisons, nous fournit une grande diversité de produits de haute qualité. L’application dans le droit belge de la directive européenne sur les pratiques commerciales déloyales, le refus des dénominations usurpées (notamment en ce qui concerne les protéines animales), la traçabilité et l’étiquetage d’origine des produits sont des dossiers sur lesquels la FWA met toute son énergie afin de rendre non seulement sa juste place à l’agriculteur dans la filière mais également de renforcer l’information portée à la connaissance du consommateur.

- Pour la PAC, qui est primordiale pour l’avenir de notre secteur, la FWA a la ferme volonté d’axer sa réflexion sur une notion cruciale: le revenu de nos familles agricoles. Les missions de l’agriculture sont multiples, et il est évident qu’au vu des défis qui nous attendent, notamment en matière de climat, la gestion de l’environnement n’est pas la moins importante. Néanmoins, la production alimentaire doit rester une notion centrale. Et en tout état de cause, le secteur ne pourra assurer ces missions multiples que si sa santé économique est assurée. Sans une PAC qui soutient ses agriculteurs, affronter ces défis ne sera tout simplement pas possible. Nous voulons très clairement rappeler que notre agriculture familiale wallonne repose sur une interaction constante entre ses secteurs, qui ont donc TOUS besoin d’être soutenus de façon durable. Aussi, la FWA veut clairement réaffirmer, quoi que certains puissent laisser entendre, qu’elle a toujours promu la conservation d’un système d’aides spécifiques à l’élevage sous la forme d’un couplage. En parallèle, il va de soi que la production des protéines végétales doit également recevoir le soutien dont elle a largement besoin, sous une forme adaptée. En résumé, pour la FWA, il n’est pas question de mettre à mal un secteur pour en aider un autre. La FWA est également attentive à ce que nos exploitations puissent se transmettre de façon économiquement soutenable aux générations futures.

- La mondialisation, le libre-échange et les accords internationaux dans lesquels l’alimentation sert de valeurs d’ajustement mettent, il va sans dire, l’agriculture familiale tant du nord que du sud en péril. La perte de la diversité agricole et alimentaire met en danger notre sécurité alimentaire durable. C’est pourquoi la FWA s’est toujours opposée à des accords qui ne donnent pas à notre secteur sa juste place en tant que secteur économique à part entière.

- L’exception agricole: lors de toutes ces rencontres et discussions avec nos partenaires du réseau Agricord, ces questions reviennent souvent sur la table. Notre organisation professionnelle partenaire du Québec, UPA, et son président Marcel Groleau m’a demandé si la FWA pouvait apporter son soutien tant auprès des agriculteurs qu’auprès des politiques wallons belges et européens à une proposition qu’il désire faire porter par les agriculteurs familiaux de toutes les parties du monde. Il s’agit du concept de l’exception agricole au service de l’autonomie alimentaire des nations. Ce projet de convention internationale pour la promotion et la protection de la diversité agricole et alimentaire vise à réaffirmer la souveraineté et la responsabilité des États en matière d’alimentation, à rappeler que l’alimentation est un droit fondamental, à préserver la diversité agricole et alimentaire et, à définir et protéger les droits des agriculteurs.

C’est pourquoi la FWA, l’UAW et la FJA organisent en collaboration avec notre agri agence, le Collectif Stratégies Alimentaires, ce mardi 17 novembre prochain, une journée de réflexions par visioconférence sur les échanges internationaux et l’exception agricole. Nous vous attendons nombreux agriculteurs, acteurs de la filière agricole, consommateurs, responsables politiques... Ce sera l’occasion de réfléchir ensemble sur ce concept et peut-être d’y apporter votre soutien.

Cliquez ici pour trouver le programme et le lien pour vous inscrire.

 

Devenir membre FWA

Suivez l'évolution des prix grâce à notre outil de marchés
Savoir quand commencer vos récoltes grâce à notre outil météo
Nous vous offrons une sécurité juridique grâce à notre syndicat
Tout savoir sur votre secteur grâce à nos actus et notre pleinchamp

Inscrivez-vous à notre newsletter