Le Ministre bruxellois Alain Maron s’est exprimé ce matin sur le projet envisagé par la région bruxelloise d’acheter des terres agricoles dans les deux Brabant. L’objectif ? Préserver la biodiversité et de favoriser une agriculture locale qui pourrait nourrir une partie de la population bruxelloise. La FWA ne peut qu’être surprise et choquée par ce projet, et plus encore par les raisons qui le motivent.

Dans une démarche proche de celle annoncée par Colruyt il y a quelques semaines, c’est à présent le Ministre de la Région bruxelloise Alain Maron, qui déclare vouloir acquérir pour la région, des terres agricoles dans les provinces qui jouxtent la capitale.

La FWA veut avant tout rappeler que, tout au long de la crise du covid 19, les agriculteurs wallons (comme ceux de Flandre d’ailleurs) ont poursuivi leur travail et continué à alimenter la population en productions de qualité, variées, respectant toutes les normes environnementales et sanitaires sévères auxquelles ils sont soumis.

En conséquence, il est bien difficile de comprendre les motivations du Ministre bruxellois. Il est, de surcroît, extrêmement heurtant pour les agriculteurs d’apprendre qu’il serait nécessaire qu’un opérateur extérieur (public ou privé) intervienne pour que l’activité agricole soit menée dans le respect de l’environnement et de la biodiversité.

La FWA rappelle que les agriculteurs sont des travailleurs indépendants, des entrepreneurs… Ils sont et doivent rester, libres de produire ce qu’ils souhaitent, dans le respect des normes sanitaires et des standards de qualité en vigueur. En tant qu’entrepreneurs, les agriculteurs savent qu’ils doivent répondre aux attentes des consommateurs.

Pour la FWA, l’agriculture familiale, c’est un modèle d’agriculture où l’agriculteur et sa famille sont indépendants économiquement, prennent les décisions, contrôlent la gestion et fournissent l’essentiel du travail et du capital.

 Une fois de plus, comme nous l’avions dénoncé dans le projet Colruyt, cette démarche d’achat de terre proposée par le Ministre Maron est en opposition avec ce modèle d’agriculture familiale auquel nous sommes profondément attachés.

En effet, la Région bruxelloise se réserverait ainsi le droit d’imposer à l’agriculteur exploitant les terres ses choix tant en termes de type que de mode de production.

Le bail à ferme, qui régit les relations entre un propriétaire de terre agricole et l’agriculteur qui les loue, consacre d’ailleurs pleinement cette liberté de culture, qui reste entièrement aux mains de l’exploitant.

De nombreux producteurs wallons seraient sans nul doute preneurs d’un partenariat avec la région bruxelloise, si celle-ci souhaitait s’approvisionner en ligne directe dans les exploitations wallonnes.

La FWA se propose donc de faire le lien entre la région bruxelloise et les agriculteurs afin de faciliter la mise en œuvre de partenariats. Elle a écrit au Ministre dans ce sens. Ce modèle nous semble en effet préférable : il permet de soutenir notre économie agricole, en préservant l’indépendance des agriculteurs, et en répondant parfaitement aux objectifs fixés par la région bruxelloise.

 

Devenir membre FWA

Suivez l'évolution des prix grâce à notre outil de marchés
Savoir quand commencer vos récoltes grâce à notre outil météo
Nous vous offrons une sécurité juridique grâce à notre syndicat
Tout savoir sur votre secteur grâce à nos actus et notre pleinchamp

Inscrivez-vous à notre newsletter